1A 2A 3A 4A

 

Barbara Pompili vient de publier un rapport sur l'école inclusive (dans le cadre du projet de loi de finance 2016). C'est un excellent rapport qui met bien en évidence les difficultés et les solutions à apporter.

Merci à Sophie et à Marie-Christine qui ont été auditionnées et ont bien réussi à faire passer les messages !

Le rapport : http://barbarapompili.fr/rapport-sur-lecole-inclusive/

Quelques morceaux choisis pour ceux qui n'auraient pas le temps de tout lire : http://1drv.ms/1kaiXOW

Du coup, on a enfin des chiffres sur l'évolution des effectifs d'AVS :
- en 2011, il y avait 27.882 ETP pour accompagner 66.845 éléèves (sources : http://snuipp.fr/AVS-premiers-pas-significatifs et http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page91.htm).
- en 2015, le rapport de Barbara Pompili nous apprend qu'il y a moins d'ETP (27.486 entre AESH-i, AESH-m et CUI) pour 109.199 élèves accompagnés (+63 %) (p.7 et p. 27 du rapport)

Donc moins d'ETP d'AVS en 2015 qu'en 2011, avec 63% de plus d'élèves ayant une notification d'AVS !


Pierre à 9 ans, il est scolarisé en CLIS dans le public pour la troisième année, il a auparavant été scolarisé à l’école publique la plus proche de son domicile pour la maternelle, il a eu droit à un maintien en grande section qui lui a été très bénéfique, aujourd’hui il serait censé quitter la CLIS au bout de 4 ans, un sujet qui nous préoccupe quand on sait qu’un primaire dure normalement 5 ans…
Pierre a bénéficié d’acompagnements de qualité d’abord par un CAMSP puis par un SESSAD. Le travail complémentaire qui peut être fait entre ces structures et l’éducation nationale nous a beaucoup aidé pour faire avancer Pierre.
Pierre a commencé à prendre ses repas à la cantine depuis la deuxième année de maternelle, il est également accueilli en centre de loisirs pendant les vacances, il a même été emmené en séjour à deux reprises, une fois 3 jours à la ferme et cet été, 4 jours à Noirmoutiers. Des séjours qui lui ont plu et l’ont fait grandir mais également une joie certaine chez les accompagnants et les autres enfants de pouvoir vivre de bons moments avec lui.
Il est également accueilli à l’école de musique locale qui affiche son ouverture envers le handicap. 2 ans d’éveil musical en petit groupe avec les autres enfants (là de bons échanges ont permis de petits aménagements judicieux qui ont permis à Pierre de suivre à son rythme mais aussi de ne pas nuire au cours pour les autres, preuve que s’occuper des enfants en difficulté n’empêche pas de faire progresser les autres).
Il joue maintenant pour la deuxième année du violoncelle, la progression se fait à son rythme et il a joué en public pour la première fois au mois de juin à l’occasion du goûter concert de fin d’année.
Il fait également du ski et adore la marche en montagne alors qu’il a marché plutôt tardivement (2 et demi / 3 ans).
 
Finalement un parcours plutôt enthousiasment jusqu’à présent mais que l’on souhaiterait plus facile pour les générations à venir.
Beaucoup de choses s’obtiennent mais souvent au prix d’efforts très importants de la part des parents, notamment en ce qui concerne la scolarisation. Il faut sans cesse argumenter, se justifier et accepter d’entendre chaque année la liste sans fin des incapacités de notre enfant. Des attitudes que nous présentons liées à un état structurel des choses alors que de nombreux intervenants seraient prêts à mieux faire et surtout avec plus de simplicité.
Côté municipalité il est déconcertant de voir avec quelle facilité Pierre a été accueilli en cantine, centre de loisir ou école de musique sans moyens ou personnel particulier tandis que dans d’autre communes la porte reste close. Il faut faire passer ce message, accueillir le handicap peut être beaucoup plus facile que ce que l’on pense et puis tellement plus enrichissant !


Nicolas Papa de Pierre