1A 2A 3A 4A

 

lettre36aHistoriquement, il s’agit d’un dispositif mis en place en 2004, porté par 2 associations, la ligue de l’enseignement 92 et l’ADPEP 92 (association départementale des pupilles de l’enseignement public) afin de permettre le recrutement d’ A.V.S. en complément de ceux de l’Education Nationale, avec un cofinancement départemental et Etat, pour assurer l’accompagnement scolaire des élèves handicapés. Avec la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, et l’ouverture des portes de l’école aux élèves handicapés, les besoins d’accompagnement ont eux aussi augmentés.

 

lettre36photo4Ce dispositif Conseil Général a été étendu au fil des ans afin d’augmenter le nombre d’A.V.S. Aujourd’hui, il s’élève à 83 A.V.S pour 180 enfants pris en charge.

Nous tenons à préciser que, grâce à l’apport complémentaire de financement des formations par le Conseil Général et le professionnalisme des deux associations gestionnaires, ces accompagnements sont de grande qualité. C’est pour cela que nous regrettons d’autant plus la décision du Conseil  Général.

L’Education nationale a mis en place un nombre croissant de postes (de 191 A.V.S. en 2007 à 710 A.V.S. en 2012).
Elle s’est engagée au niveau National à créer 350 emplois d’A.V.S. supplémentaires dès la rentrée scolaire 2013/2014 “notamment pour mieux accompagner les élèves en situation de handicap et ceux présentant des besoins éducatifs particuliers” (circulaire de la rentrée septembre 2013).

Sur ces 350 créations de postes au niveau national, combien les Hauts de Seine pourront-il avoir pour pouvoir réembaucher les 83 AVS des 2 associations gestionnaires ?

SAIS92 appelle à la réunion d’un comite de pilotage Etat, Éducation Nationale, Conseil Général, Associations, MDPH pour trouver vite des solutions soit de réemploi des AVS associatifs par l’éducation nationale, soit de création de postes afin de pouvoir garantir pour la rentrée scolaire une poursuite  d’accompagnement de qualité pour les élèves concernés.

S’il faut créer des postes budgétaires nous réitérons notre demande au  ministère de se pencher en urgence sur les moyens supplémentaires à mettre en place dans le 92 pour la rentrée scolaire 2013.

Une fois de plus, c’est l’élève qui va pâtir de cette rupture d’accompagnement en faisant fi de la relation de confiance instaurée entre lui et son AVS ; une fois de plus, Nous réitérons notre appel de sortir de cette précarité permanente qui nuit à un parcours scolaire de qualité et attendons avec impatience les préconisations du rapport de Pénélope Komites sur un nouveau cadre d’emploi.

Nous ne pouvons que regretter que cette décision intervienne la veille d’une rentrée scolaire.  La sortie de ce dispositif aurait du être préparée bien  en amont par respect des salariés concernés des familles et des associations.

lettre36pave

Toutes les actualités

adapei92     afm     Gd logo AND    logo-envoludia    apf    ASF92     avenirdysphasie     dmf    familles    gae    sh92     apeda     DFD logo