1A 2A 3A 4A

 

logos reseaux

photo1

« Comment faciliter le parcours de l’enfant et l’adolescent en situation de handicap ? »

Un grand merci à la ville de Rueil pour leur accueil et notamment à Monsieur Patrice Cosson - adjoint au Maire/Éducation Centres de loisirs et Madame Virginie Mamelle – conseillère municipale chargée des Centres de loisirs.

1- Bilan de l’année écoulée depuis le premier observatoire

Virginie LANLO, maire adjointe déléguée à l’éducation sur la ville de Meudon et responsable du réseau éducation de l’association des maires du 92 (AMD 92), et Sophie CLUZEL de SAIS 92, ont présenté l’observatoire.


lanloIntervention de Virginie Lanlo – AMD Education
La première rencontre de l’Observatoire du Handicap a eu lieu en novembre 2015 : cette journée avait pour objectif d’être une journée surtout d’information et de formation des élus pour comprendre le parcours d’un enfant en situation de handicap et de sa famille; nous avions donc présenté tous les acteurs qui interviennent tout au long du parcours de l’enfant en situation de handicap. Ce qui est important, car nous -en tant qu’Elus- nous n’avons pas forcement toutes les connaissances or si nous voulons bien accompagner nos politiques de terrain, il faut avoir une vraie connaissance des outils qui sont mis à disposition des familles.
L’Observatoire du Handicap est né du partenariat entre l’AMD Education et SAIS92, cette démarche commune pour porter ce message pour que tous ces enfants en situation de handicap soient accueillis comme les autres.

 photo2

 Intervention de Sophie Cluzel – SAIS92
Il est très important que nous arrivions à co-construire cette notion de parcours : notre manière de fonctionner est d’échanger les pratiques autour de nos enfants pour que tous les acteurs aient les mêmes informations sur leurs besoins spécifiques. Nous essayons de tendre vers un observatoire ou nous saurons exactement ou sont les enfants, de quoi ils ont besoin etc. ; des regards croisés entre éducation nationale, MDPH, communes, CAF, DDCS : tous ces acteurs qui voient des petits bouts mais qui n’arrivent pas à avoir un panorama global.

 

Petit point Projet Educatif Territorial (PEDT): outil mis en place dans la refonte des rythmes scolaires qui a eu pour mérite de mettre en lien tous les acteurs de la vie éducative, tous les acteurs qui sont en charge des enfants sur les différents temps. Nous sommes en train de travailler avec les différents ministères sur le rôle et les missions des animateurs comment les valoriser et comment orienter les nouveaux PEDT qui vont être ré-écrit d’ici un ou deux ans. Sur le département des Hauts de Seine nous avons obtenu qu’ils soient prolongés d’un an, ce qui nous laisse plus de temps pour travailler ensemble sur ce que doit être un PEDT et notamment la partie pédagogique des PEDT : comment faire en sorte d’inclure tous les enfants toute au long de l’année sur les différents temps, quel que soit cet enfant et notamment l’enfant en situation de handicap.
Le PEDT est un outil qui a son importance, qui regroupe toutes les politiques de l’éducation. Il sera l’objet d’une réunion et présentation au cours de l’année 2017.

 

photo32- Bilan de la rentrée scolaire 2016-2017: scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers

Présentation par l’Education Nationale des différentes modalités de scolarisation : Madame Valmorin, Inspectrice de l’Education Nationale chargée de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés (IEN ASH) Double Bassin Nord. Madame Valmorin excuse le Directeur Académique Mr Wuillamier retenu ce jour et nous assure de son intérêt pour ce partenariat et échanges de culture et ses regards croisés si important pour construire les parcours

Présentation des différents dispositifs, leur fonctionnement et leur implantation, l’accompagnement des élèves, les différents plans et projets en réponse possible.


Retrouvez la présentation du bilan de la rentrée scolaire :

 

 

3- Comment s’organise l’accueil des enfants handicapés sur les temps périscolaire ?

photo4La montée en puissance du Réseau Loisirs Handicap 92 en partenariat avec la DDCS

Présentation du réseau Loisirs Handicap 92 en partenariat avec la DDCS : Sophie Cluzel, SAIS 92 et Mona Le Coadic, Conseillère d’Education Populaire et de Jeunesse (DDCS)
Créé en 2006, par la DDCS et le collectif d’association SAIS 92, le Réseau Loisirs Handicap 92 est un dispositif visant à favoriser l’accès aux activités municipales pour les enfants et jeunes en situation de handicapés. 29 communes sur 36 sont impliquées dans le réseau et chaque commune a identifié un professionnel, le référent loisirs handicap, qui a pour rôle d’écouter, d’accompagner et d’informer sur l’accueil des enfants porteurs de handicap dans les structures de loisirs.
Prochain Petit déjeuner aux élus le Samedi 20 mai à Nanterre

 photo5
Présentation du Réseau Loisirs Handicap 92 :

 

photo64- Renforcer l’accueil des enfants porteurs de handicap dans les accueils de loisirs et partenariats avec les communes

photo7


Présentation des appels à projets CAF : Domitille Alban-Guillerm (CAF 92 - Responsable du service expertise et développement territorial) et Nathalie Merdrignac (CAF 92 - Conseillère en développement pôle enfance et jeunesse)

Présentation de la CAF (Caisse des Allocations familiales) et des appels à projets : constat, objectifs. La CAF s’inscrit dans un souci de pérennité : c’est pour cela que nous devons faire évoluer le financement.

En avant-première, les dates de l’Appel à Projet : 17 février 2017

Présentation complète de la CAF sur l’accueil des enfants porteurs de handicap :

 

5- Un réseau de formateurs au service des parcours, quelles adaptations possibles au handicap ?

photo8
Martial Dutailly - Directeur Général de l’IFAC et Laurent Bartos - Chargé de mission IFAC

L’IFAC est une association d’éducation populaire qui existe depuis 40 ans (créée en 1975). C’est un réseau qui s’étend sur l’ensemble du territoire national qui a 2 000 salariés et accueille 200 000 enfants. Nous sommes confrontés à la question du handicap de façon marginale mais quand cela arrive nous sommes un peu démunis. Il y a des ouvertures à faire, nous avons l’intention de mener des actions très concrètes et notamment par le biais de la formation. Aujourd’hui, 52% des personnes qui sont en situation d’accompagnement des enfants en situation de handicap passent par le BAFA or dans le BAFA il n’y a pas de modules spécifiques dans la formation générale sur l’accueil des enfants en situation de handicap (il peut y en avoir sur des BAFA approfondissement, si vous choisissez cette spécificité-là).
Si on regarde les formations professionnelles de l’animation, sur le BAPAT (premier diplôme de niveau 5) il n’y a pas d’éléments particuliers qui traitent de l’accueil de la question de l’accueil de l’enfant en situation de handicap. Sur les BPGEPS (niveau 4 loisir tout public) on peut faire à peu près le même constat : on va traiter la question du handicap comme celle du jeune.

On voit aujourd’hui se développer des formations plus spécialisées (Brevet Professionnel d’Animation Sociale) sur lequel il y a un axe spécifique autour du Handicap.
Il faut ensuite se tourner vers des formations plus particulières, dans le CAP petite enfance, dans nos formations d’auxiliaires de puériculture. Il y a évidemment des formations qui relèvent du champ de l’appellation : éducateurs spécialisés, moniteurs-éducateurs etc. Mais sur les interfaces ou les intermédiaires finalement très peu et c’est donc sur cela qu’il faut que nous travaillons.

Globalement nous avons assez peu de demande de formation de cet ordre-là. Nous sentons un besoin de travailler aussi sur la question de l’accompagnement, de l’inter professionnalité, de l’inter communalité (il faut mobiliser du temps, de l’argent, libérer des personnes, peut être que des formations communes seraient moins chères/plus intéressantes).

photo9Le coeur de métier de l’IFAC est la formation (on forme à tous les métiers de l’animation en partant de la petite enfance jusqu’à l’éducation spécialisée) mais nous sommes également un organisme qui gère en direct pour des collectivités un certain nombre de structures. Nous sommes donc aussi un « terrain d’expérience ». Aujourd’hui sur le département nous gérons 3 centres sociaux et des centres de loisirs. Nos animateurs en majorité ne possèdent que le BAFA ou on peut avoir une thématique autour du handicap mais on n’en fera jamais des professionnels : ce n’est pas leur rôle (BAFA = formation ponctuelle). Néanmoins l’accueil des enfants porteurs de handicap dans les accueils de loisirs

On doit réfléchir autour d’une formation transversale. Ces réflexions seront portées au niveau du ministère. Refonte d’un certain nombre de diplôme, c’est l’occasion de faire un focus sur le handicap.

Nous préparons une manifestation départementale : comment valoriser l’image le rôle les missions de l’animateur ?
Intervention de Virginie Lanlo : on s’aperçoit qu’on ne travaille pas suffisamment en transversalité ; les élus n’ont pas forcément la connaissance de toutes les problématiques des personnes qui travaillent sur le terrain. Nous allons initier, sur l’année 2017, différentes rencontres ; la première aura lieu en janvier pour les élus : faire un focus sur tout ce qui est formation, qu’est-ce qu’un animateur, quel est le parcours du professionnel de l’animation etc. Il y a un parcours, des évolutions, plein de possibilités, du travail en transversalité. Et puis nous souhaitons faire une journée : avec une première matinée de travail et une après-midi pour tous ceux qui souhaitent mettre en avant sur ce que proposent les villes en termes d’offre.
www.ifac.fr

 

6- Un nouveau diplôme d’accompagnant au service du parcours: Buc Ressources


Ce nouveau diplôme est le fruit d’une longue bataille de 20 ans. Un professionnel qui accompagnerait les enfants sur « Tout ses temps de vie », est encore un voeu pieux mais se professionnalise sur la partie scolaire.

photo10Depuis 20 ans les AVS faisaient un métier qui n’était pas reconnu comme tel par l’éducation nationale. Les associations qui sont les créateurs et les premiers employeurs ont transféré en 2003 les contrats à l’EN. Dans sa globalité, le référentiel mis en place a été repris avec 6 ans de possible contrat en tant qu’assistant d’éducation en mission d’AVS. En 2009 les 6 ans s’arrêtaient de nouveau avec une re-négociation auprès du ministère pour aboutir à un vrai métier de l’accompagnant en tout temps de vie. Pour l’instant un seul cadre professionnel employeur : l’éducation nationale. Un diplôme reconnu de niveau 5 soit infra BAC ; c’est pour cela qu’il est très important que nous vous présentions ce diplôme car en tant que commune, vous avez là un gisement potentiel d’accompagnant pour les enfants en situation de handicap.

Thierry Pissarello, Buc Ressources - Responsable de Pôle - Formations aux métiers de proximité et d’aide à la personne

Présentation du nouveau diplôme : le Diplôme d’Etat d’Accompagnant Educatif et Social (DEAES). Au-delà de ce diaporama, il est important de comprendre comment ce diplôme s’inscrit dans une dynamique d’accompagnement. La dernière épreuve du diplôme sera le 27 septembre 2017, les étudiants ont trois stages à faire. J’ai pu avoir 7 étudiants sur l’école inclusive et vie ordinaire.
Nous appelons de nos voeux un vrai partenariat avec l’Education Nationale et les communes pour faciliter les stages à faire dans les écoles et les centres de loisirs pour la formation de ces nouveaux accompagnants.

 
Présentation du diplôme :

 
7- Le parcours d ‘un jeune porteur de handicap


Comment passer de la scolarité accompagnée à l’emploi accompagné

 

Le chemin d’Eloi :