1A 2A 3A 4A

 

Passer d’une logique de place à une logique de besoin de la Personne.

 Capture decran 2016 03 04 a 11.01.24

Parents, Familles, jeunes, il est important que vous connaissiez le sens de cette réforme afin que vous puissiez vous en emparer et surtout nous faire savoir si cette approche correspond à vos besoins.

A ce titre nous vous proposons de remplir un questionnaire en ligne. Vous pouvez cliquer en suivant ce lien : http://sais92.fr/index.php/attentes-et-besoins-des-familles

Explications par Jean Philippe Vinquant, Directeur général de la cohésion sociale :
La notion de prestation est constitutive de l’action sociale, répondant ainsi aux besoins des personnes accompagnées. Dans les établissements et services médico-sociaux (ESMS), la notion de prestation recouvre les activités réalisées par les équipes pluridisciplinaires qui aident et accompagnent les personnes au plus près de leurs besoins.

Capture decran 2016 03 04 a 11.01.29L’évolution des besoins des personnes, de leurs aspirations et de celles de leur entourage à participer pleinement à la société amène à faire évoluer ces prestations pour permettre un meilleur accompagnement, au plus près des besoins des publics concernés. Les modes d’organisation doivent être assouplis, décloisonnés entre établissements et services, entre ESMS et dispositifs sanitaires et entre ESMS et dispositifs sociaux.

Les territoires doivent organiser des coopérations, garantir des réponses de plus en plus individualisées et de qualité s’appuyant sur des recommandations de bonnes pratiques et la prise en compte des projets de vie des personnes. L’objectif partagé est bien de contribuer à développer de concert l’autonomie et la protection des personnes, la cohésion sociale et l’exercice de la citoyenneté, pour prévenir toute forme d’exclusion.

Il nous appartient également collectivement d’être exigeant dans la gestion des dispositifs et des crédits alloués. Cette obligation n’est pas seulement liée à un impératif de bonne allocation des ressources publiques. C’est une obligation de justice sociale pour permettre aux uns d’accéder à des prestations de qualité qui leur sont indispensables et aux autres, citoyens contributeurs de la solidarité nationale, d’avoir l’assurance d’une utilisation efficiente de ces crédits.

Les prestations dans les établissements et services médico sociaux : des prestations directes et indirectes pour répondre aux besoins des personnes

  • Les prestations comme services réalisés au bénéfice des personnes elles-mêmes, celles qui constituent une valeur ajoutée pour les personnes. Il s’agit de prestations directes.
  • Les prestations comme un ensemble de fonctions pour mettre à disposition cette valeur ajoutée pour les personnes (des fonctions parfois appelées “fonctions support”) sans omettre un ensemble d’actions réalisées en amont de la prestation directe auprès de la personne, et indispensables à son bon déroulement, autrement dit les prestations plus organisationnelles, celles qui renvoient aux conditions nécessaires pour la bonne réalisation d’une prestation, comme la coopération, l’implication dans le territoire.

Cette deuxième catégorie correspond à des prestations indirectes.

Les prestations médico-sociales décrites dans la nomenclature sont donc à la fois des prestations apportant une valeur ajoutée aux personnes (des prestations directes) et des prestations de pilotage et de support (des prestations indirectes) nécessaires au bon déroulement des prestations directes.

Des prestations de soins et d’accompagnement pour décrire les prestations directes :
Elles se déclinent de la manière suivante, en trois grandes composantes :

  • Les prestations de soins, de maintien et de développement des capacités fonctionnelles

  • C’est l’action des professionnels de santé ainsi que les psychologues.
  • Les prestations en matière d’autonomie
Il s’agit de l’accompagnement mis en œuvre pour favoriser l’autonomie, quel que soit le professionnel qui le réalise (sauf les professionnels de santé). Ces prestations sont des réponses transversales (communication et interactions avec autrui, entretien personnel…) apportées à la personne et nécessaires quel que soit le domaine de la vie.
  • Les prestations pour la participation sociale

Ce sont les prestations qui sont mises en œuvre pour accompagner les personnes handicapées pour mener leur vie sociale et citoyenne : c’est ici que sont décrites les prestations pour mener sa vie d’élève, sa vie professionnelle, pour exercer ses droits, pour accéder aux droits ou pour participer à la vie sociale.

Les prestations délivrées par l’établissement ou le service comprennent un ensemble d’actions : des actions menées en face à face avec la personne, un travail d’évaluation, de réévaluation, de conception du projet (projet de première orientation professionnelle, recherche projet de stage…), un travail de référence (équipes de suivi de la scolarisation…) et de coordination.

Capture decran 2016 03 04 a 11.11.19

Légende : Les deux nomenclatures (besoins et prestations) sont liées. La description des besoins est le préalable à la description des prestations. La nomenclature des prestations se décompose en deux blocs, prestations directes et indirectes. Les prestations indirectes viennent soutenir la réalisation des prestations directes. La nomenclature des besoins et le bloc prestations directes sont organisés autour de trois domaines : santé, autonomie et participation sociale.

Chaque domaine est composé d’un ensemble de besoins et prestations. Il n’y a pas forcément de correspondance directe entre un besoin dans un domaine et une prestation dans le même domaine.

Un focus pour mieux comprendre : comment traduire l’activité d’un service d’Education Spéciale et de
Soins A Domicile (SESSAD) dans la nomenclature SERAFIN-PH ?

La nomenclature des prestations permet de décrire de façon exhaustive les activités portées par une structure médico-sociale en fonction des besoins auxquelles elle répond. Ainsi, l’accompagnement porté par un SESSAD peut être décrit par des prestations de soins, de maintien et de développement des capacités fonctionnelles, des prestations en matière d’autonomie et des prestations pour la participation sociale. Son activité peut encore être décrite plus finement en précisant les prestations qu’il délivre en matière de participation à la vie sociale par exemple : son rôle dans l’accompagnement des jeunes pour mener leur vie d’élève ou pour préparer leur vie professionnelle ou pour participer à des activités sportives ou de loisir.

Au plan individuel, l’accompagnement porté par un SESSAD pour un enfant scolarisé en milieu ordinaire est lié au repérage de ses besoins. Ainsi les besoins liés à la communication et aux relations avec autrui peuvent susciter :

  • Une ou des prestations de soins et de développement et de maintien des capacités fonctionnelles : par exemple une prestation de supervision portée par un psychologue ; ou encore le suivi de l’enfant par un orthophoniste, en classe et dans tous les lieux de vie de l’enfant, visant l’acquisition de la plus grande autonomie de l’enfant dans l’utilisation de la méthode de communication choisie ;
  • Une ou des prestations d’accompagnement pour la participation sociale : par exemple un accompagnement pour mener sa vie d’élève pour favoriser sa concentration ou aider à son installation en classe, un accompagnement pour la participation sociale dans le cadre d’un accueil périscolaire après l’école ;
  • Une ou des prestations de transports liés au projet individuel : par exemple la prise en charge des frais de transport de l’enfant dans le cadre de regroupements effectués dans les locaux du service en réponse à ses besoins en matière de communication.

http://www.cnsa.fr/accompagnement-en-etablissement-et-service/les-reformes-tarifaires/reforme-des-etablissements-pour-personnes-handicapees

Il est donc important que vous nous fassiez remonter vos attentes et que vous puissiez nous dire de par votre vécu des prestations actuelles des Sessad, Sessad Pro et libéraux si cette réforme va dans le bon sens et répond aux besoins de vos enfants et jeunes.