Logo S horizontal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCOLARISATION

L'école, tous les dispositifs, orientation, examen, redoublement...

Tous les articles

LES OUTILS DE SCOLARISATION

Equipe de suivi de scolarisation, GEVASCO, PPS, PAI...

Tous les articles

LE RÉSEAU LOISIRS HANDICAP 92

L'accueil de loisirs vise l'épanouissement en l'aidant à grandir en collectivité.

Accédez au site

LES LETTRES SAIS92

Toutes les lettres

Plan mercredi : une ambition éducative pour tous les enfants

Information - Jean-Michel Blanquer
Pour la jeunesse et l'engagement - 20/06/2018
 
 

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, et Laura Flessel, ministre des Sports, ont présenté le Plan mercredi, le mercredi 20 juin 2018. Ce plan met en place un cadre de confiance pour les communes et les parents afin d’offrir au plus grand nombre d’enfants un accueil de loisirs éducatifs de grande qualité le mercredi. L’État accompagne les collectivités pour bâtir des projets éducatifs territoriaux ambitieux et pour faire du mercredi un temps de réussite et d’épanouissement pour l’enfant en cohérence avec les enseignements scolaires.

 

L'édito du ministre

Le Plan mercredi crée un cadre de confiance pour les familles, les collectivités et leurs partenaires. Il leur permet de proposer, à compter de la rentrée 2018, des activités de grande qualité le mercredi.

Le label Plan mercredi ouvre ainsi une nouvelle étape dans l’offre périscolaire en garantissant aux familles la qualité éducative des activités proposées et le savoir-faire des personnels.
Le soutien renforcé des pouvoirs publics aux collectivités va contribuer à cette dynamique et leur permettre d’offrir davantage d’activités, notamment en milieu rural.
Le Plan mercredi fédère tous les acteurs. Associations et établissements culturels (bibliothèques, musées, conservatoires, etc.), associations sportives, fédérations d’éducation populaire, sites naturels (parcs, jardins, fermes pédagogiques) vont joindre leurs énergies pour proposer aux enfants une offre périscolaire riche et diversifiée. Sport, culture, nature, activités manuelles et numériques contribueront à leur épanouissement.
Avec le Plan mercredi, nous repensons les temps de l’enfant dans leur globalité, en articulant mieux les temps scolaires, périscolaires et extrascolaires.
C’est la condition de leur bien-être et donc de leur réussite.

Jean-Michel Blanquer
Ministre de l’Éducation nationale

[Infographie] L'essentiel

Introduction

Une meilleure cohérence entre temps scolaire et temps périscolaire

Pour que tous les enfants puissent bénéficier le mercredi d’activités propices à leur épanouissement et à leur réussite, il est indispensable de penser ce temps éducatif en articulation avec les enseignements.

Le Plan mercredi est le cadre de confiance pour encourager et consolider les projets portés par les collectivités, et améliorer encore la qualité des activités proposées aux enfants le mercredi.

À la rentrée 2018, le Plan mercredi va soutenir le développement d’accueils de loisirs de qualité.

Conçues dans une logique à la fois de loisirs, de découverte et de pratiques, les activités du mercredi peuvent être culturelles, artistiques, manuelles, environnementales, numériques, civiques et sportives.

Une nouvelle génération de projets éducatifs territoriaux

  • Le Plan mercredi est le cadre idéal d’un partenariat renouvelé entre les collectivités territoriales et les services de l’État pour répondre à des besoins éducatifs identifiés sur le territoire.
  • La mise en oeuvre du Plan mercredi relève des initiatives locales que l’État accompagne.
  • Une collectivité qui choisit de s’engager dans la dynamique du Plan mercredi sera accompagnée dans l’organisation des activités périscolaires diversifiées de grande qualité.
  • Le cadre juridique, sécurisé, relève du Code de l’action sociale et des familles, notamment avec le contrôle de l’honorabilité des intervenants.
  • Une charte qualité Plan mercredi organise l’accueil du mercredi autour de quatre axes :
    - veiller à la complémentarité éducative des temps périscolaires du mercredi avec les temps familiaux et scolaires ;
    - assurer l’inclusion et l’accessibilité de tous les enfants souhaitant participer à l’accueil de loisirs, en particulier des enfants en situation de handicap ;
    - inscrire les activités périscolaires sur le territoire et en relation avec ses acteurs ;
    - proposer des activités riches et variées en y associant des sorties éducatives et en visant une réalisation finale (oeuvre, spectacle, exposition, tournoi, etc.).

Le Plan mercredi procède d’un effort conjoint de l’État, des organismes sociaux et du secteur associatif pour accompagner les collectivités volontaires.

[Infographie] Ce qui va changer

Les acteurs

L'essentiel

La commune ou l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) assure la mise en place et la bonne coordination du Plan mercredi.

Cette collectivité locale est accompagnée par les services déconcentrés de l’État pour élaborer son projet éducatif territorial labellisé Plan mercredi, établi sur la base d’une charte de qualité.

La commune s’appuie aussi sur le réseau associatif local et les ressources du territoire.

 

La collectivité territoriale au cœur du projet

La collectivité :

  • définit une nouvelle génération de projet éducatif territorial, en complémentarité avec le temps scolaire ;
  • propose des activités de grande qualité, pleinement inscrites dans son territoire ;
  • assure la bonne coordination du projet d’accueil du mercredi ;
  • veille, dans la mesure du possible, à la stabilité de l’équipe d’animation le mercredi et sur l’ensemble des temps de loisirs périscolaires.

Les partenaires de la collectivité

Les acteurs institutionnels

Les collectivités territoriales s’appuient sur l’expertise des services déconcentrés de l’État dans l’élaboration des Plans mercredi :

  • direction des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN) ;
  • direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) ;
  • direction régionale des affaires culturelles.

Dans les communes qui comprennent un ou plusieurs quartiers prioritaires de la politique de la ville, le Plan mercredi peut constituer un axe structurant du volet éducatif des contrats de ville.

Le Plan mercredi peut prendre en compte les dispositifs de contractualisation existant dans le domaine culturel (contrat local d’éducation artistique (Clea), projet territorial d’éducation artistique (PTEA), contrat territoire lecture (CTL) et les parcours de découverte multi-activités.

Les acteurs associatifs et les opérateurs

Cet accompagnement est complété par le travail de partenariat notamment avec :

  • les acteurs culturels (grands opérateurs, écoles de musique, musées, bibliothèques, théâtres, associations, etc.) ;
  • les principales fédérations d’éducation populaire ;
  • les associations sportives ;
  • les sites naturels (parcs, jardins, fermes pédagogiques).

Signature et labellisation

Un Plan mercredi est formalisé par la signature conjointe d’une convention entre :

  • le maire ou le président de l’EPCI ;
  • le préfet de département ;
  • le directeur académique des services de l’éducation nationale ;
  • le directeur de la Caf et, le cas échéant, le directeur de la MSA.

Les autres partenaires engagés dans le Plan mercredi, en particulier d’autres collectivités territoriales et des associations, peuvent être signataires.

Des leviers réglementaires, financiers et pédagogiques

L'essentiel

La possibilité d’intégrer les clubs sportifs, les associations et les acteurs culturels locaux à la mise en oeuvre du projet par la reconnaissance de la compétence de leur encadrement est renforcée.

Pour les collectivités signataires d’un Plan mercredi, le soutien de la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) est doublé.

Dès le mois de juillet, le site planmercredi.education.gouv.fr vient en appui aux collectivités qui souhaitent mettre en place
un Plan mercredi avec des informations pratiques, des conseils méthodologiques et des ressources pédagogiques.

 
 

Un environnement réglementaire adapté

Le projet du gouvernement s’articule autour de deux axes :

  • un environnement réglementaire facilitateur avec un périmètre des accueils de loisirs périscolaires et extrascolaires clarifié ;
  • un taux d’encadrement adapté pour les accueils périscolaires.

Les intervenants extérieurs ponctuels (entraîneur de club sportif, professeur du conservatoire, etc.) pourraient désormais être pris en compte dans le calcul du taux d’encadrement des accueils de loisirs périscolaires. Cela permettrait une plus grande ouverture des accueils de loisirs sur leur environnement culturel et sportif, et donc, de proposer aux enfants des activités plus riches le mercredi.

Un soutien accru aux collectivités

La Cnaf finance les dépenses liées à l’accueil des enfants hors temps scolaire.
La prestation de service ordinaire perçue par les collectivités qui organiseront des activités dans le cadre d’un Plan mercredi sera doublée (1 € par heure et par enfant au lieu de 0,54 € par heure actuellement).

L’État intègre le Plan mercredi aux conventions pluriannuelles d’objectifs qui le lient aux fédérations d’éducation populaire et aux associations partenaires de l’École.

Maintien du fonds de soutien pour les collectivités à quatre jours et demi

Les collectivités qui décident de maintenir une organisation scolaire comprenant cinq matinées conservent le bénéfice du fonds de soutien existant, y compris la majoration si elles y ont droit.

Un site pour accompagner la mise en œuvre du Plan mercredi

Accessible dès la mi-juillet, le site planmercredi.education.gouv.fr sera dédié aux collectivités souhaitant s’engager dans la mise en oeuvre d’un Plan mercredi.

Celles-ci y trouveront :

  • un rappel du cadre juridique ;
  • un récapitulatif des aides financières ;
  • des informations pratiques sur la mise en place d’un Plan mercredi ;
  • près de 100 fiches pédagogiques conçues en partenariat avec les associations d’éducation populaire ;
  • les coordonnées des partenaires nationaux et locaux du Plan mercredi.

Plan mercredi : la charte de qualité

Dans le cadre du Plan mercredi, les accueils de loisirs du mercredi intégrés dans un projet éducatif territorial doivent être déclarés comme accueils collectifs de mineurs à la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCS/PP) du département où ils sont organisés. Leur projet doit répondre aux critères suivants :

Définition et place des projets éducatifs et pédagogiques périscolaires mis en oeuvre les mercredis

  • Le projet de l’accueil périscolaire du mercredi est intégré dans le projet éducatif territorial et figure en annexe de ce dernier. L’élaboration d’un seul projet pour l’ensemble des accueils périscolaires, incluant tous les jours ouvrés de la semaine, est préférable.
  • Le projet tient compte de la place du mercredi comme un temps de relâche dans la semaine : la spécificité du mercredi est bien présente dans le projet qui veille aux rythmes de vie des enfants, à leurs envies et à leur fatigue.
  • La collectivité assure la bonne coordination du projet de l’accueil du mercredi avec le projet éducatif territorial et veille, dans la mesure du possible, à la stabilité et la permanence de l’équipe le mercredi ainsi que sur l’ensemble des temps de loisirs périscolaires.

Dans les projets périscolaires mis en oeuvre les mercredis seront recherchés :

La complémentarité et la cohérence éducatives des différents temps de l’enfant

  • Mise en cohérence du (ou des) projet(s) d’école et du projet pédagogique de l’accueil de loisirs.
  • Déclinaison des parcours éducatifs sur les temps scolaires et périscolaires.
  • Collaboration équipe enseignante/équipe d’animation (notamment lien inter-directions), présentation du projet pédagogique périscolaire de l’année au conseil d’école, présentation du projet d’école à l’équipe d’animation.
  • Mutualisation des locaux, du matériel pédagogique grâce à une charte d’utilisation et d’occupation.
  • Intégration de l’équipe d’animation aux différentes instances de pilotage du projet éducatif territorial (comité, commission, etc.).

L’accueil de tous les publics (enfants et leurs familles)

  • Inclusion des enfants en situation de handicap (assurer la continuité de l’encadrement des enfants en situation de handicap par les AESH, apporter les aménagements nécessaires, concevoir des activités accessibles).
  • Développement de la mixité sociale.
  • Gratuité ou tarification progressive.
  • Mise en place d’une politique d’information des familles, notamment sur le site Internet de la collectivité (fonctionnement de l’accueil, tarification, règlement intérieur, programme d’activités et des sorties).

Mise en valeur de la richesse des territoires

  • Découverte du territoire, des institutions, de l’environnement naturel, du patrimoine historique et culturel, notamment par l’organisation de sorties.
  • Construction de partenariats avec les établissements culturels (bibliothèques, musées, conservatoires, etc.), les associations d’éducation populaire, sportives et culturelles, les sites naturels (parcs, jardins et fermes pédagogiques).
  • Implication des habitants dans les projets pédagogiques (intervention ponctuelle des parents, des bénévoles, des agents territoriaux, etc.).
  • Rôle pivot de l’accueil dans l’organisation des loisirs des enfants : il établit des liens avec d’autres structures socioculturelles et sportives.

Le développement d’activités éducatives de qualité

  • Les activités sont conçues dans une logique de loisirs et de découverte et relèvent de thématiques diversifiées (culturelles, artistiques, manuelles, environnementales, numériques, citoyennes et sportives). Elles reposent sur une approche ludique, récréative et créatrice, et sont ponctuées de sorties.
  • Les activités sont au service du projet et s’inscrivent dans la durée en harmonie avec les autres temps de la journée de l’enfant (accueil, repas, vie collective, temps libres, transitions, etc.). Elles sont élaborées en relation avec le socle commun de la culture, des compétences et des connaissances.
  • La participation aux activités est fondée sur le principe de libre choix de l’enfant, selon ses aspirations, ses attentes et ses besoins, exprimés par sa famille.
  • Les activités sont le plus souvent organisées en cycle, dans une logique de parcours, de manière à respecter une certaine progressivité pédagogique, et aboutissent régulièrement à une réalisation finale selon la nature de l’activité (spectacle, objet, jeu, livre, tournoi, œuvre artistique, etc.).

La déclaration de l’accueil de loisirs périscolaire à la DDCS/PP du département où il se déroule, implique une vérification systématique de l’honorabilité de tous les intervenants ainsi qu’un contrôle régulier de l’accueil par les agents de l’État.

Le projet éducatif territorial, dans lequel est intégré le projet pédagogique de l’accueil du mercredi, est formalisé par la signature conjointe d’une convention entre le maire ou le président de l’établissement public de coopération intercommunal (EPCI), le préfet de département et le directeur académique des services de l’éducation nationale (Dasen). Ce cadre contractuel permet l’évaluation initiale des critères qualitatifs nécessaires à la validation du projet. Le suivi du projet éducatif territorial par les services de l’État et les Caf constitue une garantie de la bonne application de ces critères. Le projet éducatif territorial pourra être dénoncé si la collectivité signataire n’honore pas les engagements pris sur la base des critères listés ci-dessus.

Au moment de l’examen des projets éducatifs territoriaux, les services de l’État et les Caf tiendront compte de l’antériorité de la collectivité en matière d’organisation d’accueils de loisirs et de politiques éducatives locales, de ses ressources humaines et financières et de ses particularités sociogéographiques (degrés d’isolement et d’enclavement notamment) pour adapter le niveau d’exigence à la situation locale. Dans une logique d’accompagnement vers une démarche qualité, la satisfaction aux critères mentionnés ci-dessus pourra être appréciée de manière graduelle et progressive sur le modèle : "atteint/partiellement atteint/non atteint". Cette lecture permettra de définir des objectifs avec les collectivités en fonction des possibles améliorations à apporter au moment de la validation du projet. Il ne s’agit pas nécessairement, pour les porteurs de projets, de répondre d’emblée et pleinement à tous les critères mais de tendre vers leur satisfaction globale à court ou moyen terme.

Plan mercredi : le dossier complet

Plan mercredi : une ambition éducative pour tous les enfants
Couverture du dossier Plan mercredi
  • Infographie : l'essentiel
  • Introduction
  • Infographie : ce qui va changer
  • Les acteurs
  • Des leviers réglementaires, financiers et pédagogiques
  • Exemples de mise en œuvre
  • Charte de qualité

Télécharger le dossier de présentation du "Plan mercredi"

 

Imprimer E-mail

Handicap : l’ARS Île-de-France lance un vaste plan pour créer plus de 5000 solutions d’accompagnement

L’Agence régionale de santé Île-de-France s’engage dans une stratégie de développement et de transformation de l’offre pour les personnes en situation de handicap en mobilisant des ressources sans précédent. 200 millions d’euros seront engagés pour aboutir à la création de plus de 5 000 solutions nouvelles d’ici 2022 et s’approcher du « zéro sans solution ».

La région Île-de-France est aujourd’hui celle qui dispose du plus faible taux d’équipements pour adultes et enfants handicapés. L’Agence régionale de santé Île-de-France fait du rattrapage de l’offre et de sa transformation une priorité pour les années à venir. Des ressources exceptionnelles seront mobilisées pour créer au moins 5 000 solutions nouvelles en 5 ans.

Dans cette démarche, l’Agence s’appuie résolument sur les établissements et leurs équipes. Pour Christophe Devys « elles sont les mieux qualifiées pour trouver les solutions nouvelles nécessaires. C’est sur elles que nous nous appuyons. S’appuyer, c’est reconnaître que nous n’avons pas toutes les réponses pour accompagner ce changement et c’est donc faire appel à leurs compétences et à leur inventivité pour les trouver. »

Appel à manifestation d'intérêt

L’ARS fait ainsi le choix de recourir à un appel à manifestation d’intérêt (AMI) qui laisse une large place à la créativité des gestionnaires et permettra la mise en œuvre rapide de solutions nouvelles en faveur de l’autonomie des personnes en situation de handicap. L’AMI s’inscrit pleinement dans la démarche réponse accompagnée pour tous et engage l’Agence et les gestionnaires concernés, médico-sociaux mais aussi sociaux et sanitaires, dans une dynamique de co-construction.

Pour  accompagner cette dynamique et favoriser l’émergence de solutions nouvelles, l’ARS crée l’espace « Handicap Innovation ». L’objectif de cet espace est d’étudier et de faire connaître des projets innovants conduits en France et hors de France en matière d’autonomie et d’inclusion, grâce au concours de personnes en situation de handicap, d’acteurs de terrain (professionnels, aidants, gestionnaires) et de personnalités qualifiées et de chercheurs.

Enfin, l’ARS poursuivra une politique active d’appels à projets afin de renforcer l’offre en matière d’inclusion, d’accès aux soins et d’amélioration des parcours.

Avec cette démarche, l’ARS entend se rapprocher de quatre grands principes qui doivent fonder la stratégie d’accueil des personnes handicapées :

  • L’inconditionnalité de l’accueil de tous ceux qui en ont besoin, sans que le manque de moyens ou de places ne puisse être opposé ;
  • La subsidiarité, en préférant dès que possible des solutions qui permettent l’accomplissement du projet de vie en milieu ordinaire ;
  • La transversalité, avec un décloisonnement entre les structures, entre les solutions, entre les secteurs sanitaire et médico-social, etc. ;
  • La participation de tous les acteurs concernés.

Imprimer E-mail

Les festivités auront lieu le samedi 9 juin 2018, de 17h à 22h, sur la place « Jane Rhodes » et en extension, au « Jardin de Robinson ».

Au programme de la soirée, diverses animations.

Sur la place « Jane Rhodes » :

  • Expositions artistiques (mosaïques, peintures, photographies) et culturelles (présentation de livres et du Téléagrandisseur de la « Maison des Arts »)
  • Atelier de relaxation
  • Démonstration de « Zumba »
  • Animation musicale et de chant
  • Activités de cirque en présence de la yourte « des z’étoiles du cirque galaxie » (jonglerie avec balles, anneaux et massues ; manipulation de diabolos, de bâtons du diable et d’assiettes chinoises ; exercices d’équilibre sur boule, fil de fer, poutre fine, monocycle et rouleaux américains)
  • Spectacle de rue sur échasses
  • Pêche à la ligne de bonbons
  • Dégustation et identification à l’aveugle
  • Présentation d’innovation technologique en matière de handicap
  • Cellule pédagogique d’apprentissage du braille
  • Projection de courts-métrages
  • Buffet-Buvette
  • Bal dansant en clôture de soirée

 

Au « Jardin de Robinson » :

 

  • Initiation aux pratiques Handisports (tir laser et basket-fauteuil)
  • Initiation au volley adapté
  • Piste d’obstacles artificielle (déplacement avec canne blanche ou lunettes floutées)
  • Exercices d’assouplissements avec chiens guides

 

Imprimer E-mail

Adaptation et dispense de certaines épreuves ou parties d'épreuves
NOR : MENE1808779A
arrêté du 29-3-2018 - J.O. du 27-4-2018
MEN - DGESCO A1-3


Vu Code de l'éducation, notamment articles L. 112-4, L. 311-7, L. 332-6, D. 311-13, D. 332-12, D. 332-16 à D. 332-22, D. 351-9 et D. 351-27 à D. 351-32 ; arrêté du 31-12-2015 modifié ; arrêté du 19-7-2016 ; avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées du 15-2-2018 ; avis du CSE du 21-3-2018


Article 1 - En application des articles D. 311-13, D. 351-9 et D. 351-27 du Code de l'éducation, les candidats à l'examen du diplôme national du brevet et du certificat de formation générale présentant un handicap ou disposant d'un plan d'accompagnement personnalisé peuvent bénéficier d'adaptations ou être dispensés de certaines épreuves ou parties d'épreuves, par décision du recteur d'académie, à leur demande et sur proposition du médecin désigné par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées et dans les conditions fixées par le présent arrêté.

Article 2 - Pour le diplôme national du brevet, les candidats présentant un trouble moteur, sensoriel, neuro-visuel ou des fonctions exécutives peuvent être dispensés de l'exercice de tâche cartographique que pourrait comporter le sujet de l'épreuve écrite d'histoire-géographie-enseignement moral et civique. Les points attribués à cet exercice sont alors neutralisés ou répartis sur les autres exercices de l'épreuve.

Article 3 - Pour le diplôme national du brevet, les candidats présentant un trouble auditif, de l'écriture manuscrite, du langage oral, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit, peuvent bénéficier de l'adaptation de l'exercice de dictée de l'épreuve écrite de français.

Article 4 - Pour la session 2018 du diplôme national du brevet, les candidats composant à partir d'un sujet en braille peuvent bénéficier de la neutralisation de l'exercice d'algorithmique de l'épreuve de mathématiques.
À compter de la session 2019 du diplôme national du brevet, les candidats présentant un trouble visuel ou neuro-visuel peuvent bénéficier d'une adaptation de l'exercice d'algorithmique de l'épreuve de mathématiques en lien avec les outils pédagogiques utilisés par le candidat ou de la neutralisation de l'exercice d'algorithmique de l'épreuve de mathématiques.

Article 5 - Pour l'épreuve orale du diplôme national du brevet et du certificat de formation générale, les candidats présentant un trouble du langage oral ou de la parole peuvent être autorisés à s'exprimer, durant cette épreuve, selon les modalités qu'ils utilisent couramment dans les situations de communication orale.

Article 6 - Les candidats scolaires du diplôme national du brevet et du certificat de formation générale présentant un trouble auditif, du langage écrit, du langage oral, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit peuvent être dispensés de l'évaluation de la composante « Comprendre, s'exprimer en utilisant une langue étrangère et, le cas échéant, une langue régionale » du domaine 1 « les langages pour penser et communiquer » du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
Le total des points obtenus par les candidats bénéficiant de cette dispense est multiplié par le coefficient 8/7.

Article 7 - Les candidats individuels pour le diplôme national du brevet présentant un trouble auditif, du langage écrit, du langage oral, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit peuvent être dispensés de l'épreuve de langue vivante étrangère.
Le total des points obtenus aux autres épreuves par les candidats bénéficiant de cette dispense est multiplié par le coefficient 4/3.

Article 8 - L'arrêté du 10 octobre 2016 relatif à l'adaptation et à la dispense de certaines épreuves ou parties d'épreuves à l'examen du diplôme national du brevet pour les candidats présentant un handicap ou bénéficiant d'un plan d'accompagnement personnalisé est abrogé.

Article 9 - Le directeur général de l'enseignement scolaire est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 29 mars 2018

Pour le ministre de l'Éducation nationale et par délégation,
Le directeur général de l'enseignement scolaire,
Jean-Marc Huart
http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=129805

Imprimer E-mail

C'est avec un grand plaisir que le Groupe LAGUARRIGUE en partenariat avec le club athlétisme de la Ville de Clichy vous annonce la tenue la deuxième édition de l’évènement « Je suis sur mesure » qui aura lieu au Stade Racine, 55 Rue Villeneuve à Clichy de 13h30 à 17h30.

Venez découvrir les blade runners qui ont fait d’Oscar Pitorius l’homme le plus rapide du monde devant Usain Bolt!
L’ objectif de cette demi-journée est de permettre à des personnes amputées de courir pour la première fois de leur vie grâce à des larmes carbones et d’effectuer des sauts en longueur !

 

Capture decran 2018 05 18 a 11.43.58

Imprimer E-mail

Toutes les actualités

SAIS92 - Association Loi 1901
Tour RTE - 29 rue des 3 Fontanot
92024 NANTERRE
Tél : 01 49 01 37 26 - mail : sais92@wanadoo.fr

Travail en partenariat avec l’Education Nationale et le
Conseil Général des Hauts-de-SeineMembre de la FNASEPH 
Membre du CDCA - Convention de partenariat 
avec l’Académie des Hauts de Seine

piwigraph.fr

Caissedepargne
Rte
PPR
Logo-maif
Logo-colors
Tf1
Ifp
Rotarydeneuillyfanion135
Fondationlejeune
Echiquier